Départ en bateau de Gujan-Mestras

Date:

Embarquement de la jetée de La Hume possible entre 11 avril et 17 octobre.
les problèmes de marées limitent l'offre de départs.

1. Futures excursion (s) au départ La Hume le Samedi 16 Octobre 2021

 date et heure embarquementlien circuitachatduréetarif adultetarif enfantnote
17/10 à 15h00Gd Tour île aux oiseaux02h3020.0€14.0€Pas escale
02/11 à 14h00Gd Tour île aux oiseaux02h3020.0€14.0€Pas escale
03/11 à 14h45Gd Tour île aux oiseaux02h3020.0€14.0€Pas escale

2. Futures navettes maritimes au départ La Hume le Samedi 16 Octobre 2021

2a. Le Samedi 16 Octobre 2021 une seule solution pour Arcachon Bateau Taxi. Bateau Taxi


Aller sur Arcachon en embarquant votre vélo vous permet de rentrer sur Andernos en découvrant les pistes cyclables (40kM).

2b. Le Samedi 16 Octobre 2021 une seule solution pour Ferret Bateau Taxi. Bateau Taxi


Aller sur Le Ferret en embarquant votre vélo vous permet de rentrer sur Andernos en découvrant les pistes cyclables (40kM).

3. Future(s) Balade(s) spéciale(s) au départ La Hume

Plus aucune Balade spéciale programmée au départ La Hume (Le programme n'est peut etre pas encore disponible).

4. Future(s) Balade(s) spéciale(s) au départ Arcachon

(La jetée Thiers à Arcachon est à 9 km de la Hume).

Plus aucune Balade spéciale programmée au départ Arcachon (Le programme n'est peut etre pas encore disponible).


☎ : 05 56 66 12 65.

 

GUJAN-MESTRAS

Généralité

Gujan se situe au sud du Bassin d’Arcachon, en Pays de Buch. Considérée comme la capitale de l’Ostréiculture Arcachonnaise avec ses 7 ports ostréicoles tournés vers le Bassin. De nombreux parcs de loisirs.

Histoire

En 1726 la paroisse de Gujan compte environ 1500 habitants. La partie cultivée est relativement peu importante car les habitants préfèrent retirer leurs subsistances de la mer plutôt que de la terre. La pêche fournit du beau poisson, et les huîtres et coquillages sont toujours très abondants. La plus grande partie de la paroisse est constituée par des landes qui s’étendent jusqu’à Cazaux.
La partie de Gujan cultivée est composée de terres labourées (froment, seigle, blé noir, maïs…) et de vignes situées en bordure du bassin.
Difficultés des communications dans la commune en raison de chemins vicinaux trop étroits le chemin qui conduit à Bordeaux est impraticable six mois dans l’année à cause des crues de la Leyre. Le chemin de fer changera tout, il passe près des maisons basses. Au moment de la haute mer, les flots viennent battre les bords de la levée du chemin de fer.

lous Barbots!

Les Gujanais ont hérité du surnom de Barbot car leur vignoble était régulièrement attaqué par des prédateurs,
qu’on appelait Barbot.
Par superstition ils s’en remettait au curé de la paroisse. Plusieurs processions défilèrent dans les règes pour
une bénédiction des vignes. Cela provoquait les moqueries des communes voisines d’où, par dérision ce surnom de « barbot »: «Hou! lous Barbots!».

Les 7 ports

La Hume

Alimenté par le canal qui se jette dans l’estey de la Hume, le port de la Hume voit l’implantation de quelques cabanes de marins dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Un terre-plein central sur lequel sont établis 27 établissements ostréicoles, présence d’un port de plaisance. Aujourd’hui,
le port de la Hume, avec à proximité sa belle et grande plage bordée de tamaris, est un lieu de villégiature et de promenade au cadre harmonieux très apprécié depuis 2018 il y a un embarquement pour faire des petites croisières.

Meyran

Etabli en bordure de l’Estey de Meyran, longtemps ce ne fut qu’un port d’échouage.
Voué à la pêche et à l’ostréiculture, le port de Meyran servit de terminal, de 1919 à 1935, à la ligne de chemin de fer Decauville, par laquelle étaient acheminés les poteaux de mines provenant de la forêt girondine et landaise.
4 terre-pleins sont occupés par des établissements ostréicoles.

Gujan

Ce port fut longtemps un port d’échouage établi sur les rives du ruisseau de Gujan qui va se jeter dans l’Estey de Larros.
En 1883, des travaux d’amélioration aboutissent à la création de terre-pleins où s’établissent de nombreuses cabanes pour l’ostréiculture.
Création en 1843 de l’établissement des Bains gujanais qui connut pendant 70 ans un très grand succès.
Le port de Gujan fut également un port sardinier très actif comptant plusieurs conserveries.

Larros

En 1883 et 1884 une darse de 110 m de long est creusée et un terre-plein édifié.
Entre les deux guerres, Larros est un port de pêche important qui arme les bateaux pour la pêche à la sardine, abondante dans le Golfe de à cette époque.
Plusieurs conserveries s’installent alors au voisinage des ports gujanais.
Le Port de Larros est également un site de construction navale reconnu.
Jolies jetée promenade qui se termine en son extrémité par la Croix des Marins, érigée en 1891. Petit musée de l’huitre très intéressant, nombreuse dégustation d’huitres.

Le Canal

A l’origine, ce port a été creusé par des colons de la Compagnie Ouvrière de Colonisation des Landes de Gascogne, afin de construire la digue qui menait à l’établissement de bains de Mestras, vers 1850.
Large de 10 mètres, il avait une structure similaire à un canal d’où son nom.
Avec le développement de la pêche et de l’ostréiculture, il fut transformé en port, avec la construction d’une darse ainsi que d’un bassin de chasse, permettant d’avoir un flux permanent d’eau afin d’éviter l’envasement.
Un second port à l’Ouest a permis la création d’un complexe ostréicole important.

La Barbotiere

Pôle ostréicole avec le Lycée des Métiers de la Mer et la Maison de la Conchyliculture.
En 1925, alors que le site est occupé par une dizaine de cabanes de pêcheurs, Jean PARSON construit un abri pour « les amateurs de bain froid ».
Très vite l’établissement, baptisé «La Barbotière » lui laissera son nom. Aujourd’hui équipé de complexes ostréicoles modernes, l’activité du port de la Barbotière est très importante.

La Mole

Bordé par les réservoirs à poissons, ce port n’est plus en activité car il n’a jamais été dragué et reste très difficile d’accès.
De l’ancien moulin à eau présent sur ce port, vous ne trouverez plus aujourd’hui que les vestiges d’une meule (En Gascon la Mole)